Je partage avec vous tous mes éco-gestes quotidiens et mes objectifs, cela peut sûrement vous donner des idées !

À savoir !
J’ai commencé à mettre en place cette routine il y a 10 ans. Cela prend du temps et nous allons chacun à notre rythme. Soyons indulgents avec nous-même et nos capacités à changer nos habitudes. Il y a des essais, des ratés, des ajustements. Y aller pas à pas, c’est le succès d’une routine qui dure. Ce qui peut paraître très compliqué et inconfortable au début simplifie finalement les choses une fois que la routine est installée ! Je n’ai jamais eu envie de revenir en arrière.
Enfin, une routine ne veux pas dire qu’on ne fait pas d’écarts, on n’est pas dans une dictature !

À L’EXTÉRIEUR

Je réduis mes déchets au maximum

– Mes indispensables, dans mon sac à main toute l’année : ma gourde et mon sac réutilisable !
– J’essaye de penser à demander mes boissons sans paille (ni plastique, ni carton, car c’est toujours un produit à usage unique = utilisation d’énergie et de ressources pour le produire et pour le recycler, pour une utilisation de quelques minutes)

NEXT STEP : 
Ne plus oublier mon kit nomade : verre pliable (pour les boissons à emporter) et cuillère en bambou (pour touiller son café, déjeuner, manger une glace…).

MAISON

Je contrôle ma consommation d’énergie

– L’hiver, je mets le chauffage à 19/20°C la journée et à 17°C la nuit maximum, et je me couvre : pull, chaussettes et chaussons douillets.
– L’été, j’essaye de garder la maison au frais au maximum (volets, rideaux fermés) pour limiter l’utilisation du ventilateur
– Je débranche tous mes chargeurs quand je ne les utilise pas et ma box quand je suis absente
– J’utilise un fournisseur d’électricité verte

NEXT STEP : 
Débrancher aussi la box wifi la nuit.

CUISINE

1/ Je trie et réduis mes déchets

– Je trie les ordures ménagères, les emballages papier/carton/plastiques/aluminium, le verre, les bouchons (plastique et liège)
– Je conserve les bocaux en verts, les élastiques, les sacs de congélation, pour les réutiliser
– Plus de bouteilles en plastique : je bois l’eau du robinet
– J’ai toujours mon sac réutilisable (les Monoprix à 1€) avec moi
– Fruits et légumes : je les mets directement dans mon sac avec les étiquettes dessus, ou alors j’utilise des sachets en tissu/papier que j’ai déjà. Et surtout pas les sacs plastiques “biodégradables” qui ne sont pas vraiment biodégradables
– Boulangerie : je leur donne mes anciens sachets en papier qu’ils réutilisent avec plaisir !
– Vrac : je réutilise mes bocaux, mes bidons de lessives et produits ménagers, mes sacs à vrac en tissu et mes sacs en papier
– J’utilise le marc de café pour mes gommages, et aussi comme engrais pour mes plantes

NEXT STEPS : 
– Filtrer l’eau du robinet avec du charbon Binchotan et/ou des perles de céramique (les carafes filtrantes produisent des déchets et malheureusement les filtres ne se recyclent pas)
– Faire mon compost
– Acheter toujours moins de produits emballés en supermarché

2/ J’achète bio, local et de saison au maximum

– Je vais dans les magasins bio et les épiceries en vrac. Toutes mes adresses et astuces sur la page Alimentation responsable
– J’achète des produits locaux et de saison, je diminue donc ma consommation d’avocats, mangues, ananas, kiwi…
Calendrier des fruits et légumes de saison
– Pour les produits qui ne se cultivent pas en Europe, comme le chocolat ou le café, je les achète en commerce équitable (certifiés Fair Trade Max Havelaar)
– Le thé n’est pas local non plus, j’essaye de consommer plus d’infusions de plantes qui poussent en Europe

NEXT STEP : 
Augmenter toujours plus la part de ces aliments dans le total de mes achats alimentaires.

3/ J’ai remplacé les objets jetables

– Plus de papier alu : J’ai fini mon rouleau de papier alu et je n’en ai jamais racheté. Ça ne me manque pas. Si je dois emballer des aliments pour emporter, je prends des ziplocks réutilisables, ou une serviette en tissu, ou une boîte.
Plus de film étirable : j’utilise des boîtes et des bocaux pour conserver mes restes au frigo (ou alors je pose une assiette sur mes saladiers/bols). Une autre solution c’est le tissu ciré réutilisable
– Plus de sopalin : j’utilise une éponge ou des lingettes et torchons en tissu

NEXT STEPS : 
– Acheter un tapis de cuisson réutilisable pour remplacer le papier cuisson, comme celui-ci.
– Fabriquer mon Tawashi pour remplacer mon éponge jetable.

4/ Je fais attention à ma consommation d’eau et d’électricité

– J’utilise une bouilloire pour faire mon thé, mon café et aussi faire chauffer l’eau des féculents. C’est plus de 50% d’économie d’énergie par rapport à la méthode casserole classique 
– Je mets des couvercles sur mes casseroles, cela évite la perte de chaleur et fait cuire plus vite 
– Je règle mon frigo sur le thermostat moyen (grâce à la molette qui se situe à l’intérieur), il n’a pas besoin d’être trop froid
– Je garde l’eau “en trop” pour arroser mes plantes au lieu de la jeter dans l’évier (bouilloire, eau de cuisson des oeufs durs par exemple…)

NEXT STEP : 
– Dégivrer plus souvent le congélateur pour utiliser moins d’énergie

5/ J’utilise des produits ménagers bio et naturels

Pour le liquide vaisselle, les produits d’entretien (que je fabrique moi-même)

SALLE DE BAIN

1 / J’utilise le minimum de produits de beauté et uniquement des produits naturels et bio

Les marques sont très fortes en marketing pour nous vendre des gammes de plusieurs produits forcément complémentaires (coucou le shampoing + après-shampoing + masque, ou encore le démaquillant + sérum + crème + gommage + masque !). Je me suis renseigné et rendu compte que cela était totalement inutile, donc j’ai réduit la liste de mes produits de beauté au minimum, et j’ai appris à utiliser un produit pour plusieurs actions. Vive les économies !
La peau et les cheveux (qui ont été traités avec des substances chimiques pendant de nombreuses années) doivent s’habituer à des produits naturels, et nous aussi. Enfin, quand on se renseigne sur les effets de ces substances sur notre santé et sur l’environnement, on se dit que ça vaut le coup (faites notamment des recherches sur les perturbateurs endocriniens).
J’utilise de la crème solaire minérale, des huiles végétales en guise de démaquillant, de crème hydratante et de masque pour cheveux, de l’hydrolat pour remplacer le tonique, des savons saponifiés à froid, un gommage fait maison au marc de café, de la lessive bio (bidon re-rempli au rayon vrac)…
Retrouvez ma sélection de produits de beauté bio et naturels.

Médicaments : je m’oriente de plus en plus vers des produits naturels comme les huiles essentielles, le gel d’aloe vera (brûlure, coups de soleil, piqûres…).

NEXT STEPS :
– Faire ma lessive maison
– Laver mes vêtements en fibres synthétiques avec un sac Guppy Friend pour empêcher de relâcher les micro-plastiques dans l’environnement pendant le lavage

2/ J’ai supprimé les produits jetables

– Plus de coton-tiges : je me lave l’entrée des oreilles à l’eau dans la douche et j’utilise un oriculi
– Plus de cotons jetables : j’utilise des cotons réutilisables. Je me démaquille aux doigts avec de l’huile donc pas besoin de cotons et pour le reste j’ai mes cotons réutilisables et lavables
– Je m’épile avec un épilateur électrique, je n’utilise pas de bandes de cire ni de ravoir jetable
– J’utilise une coupe menstruelle depuis 7 ans. La période de transition est un petit challenge (comme les premiers tampons !), et puis cela devient une nouvelle routine.
Découvrez les autres alternatives de protection menstruelle respectueuses de votre santé et de l’environnement.

NEXT STEP : 
Utiliser des mouchoirs en tissu.

3/ J’ai presque supprimé le plastique

– J’utilise une brosse à dent en bambou. Je la change uniquement quand les poils sont abîmés et je la désinfecte en profondeur avec du bicarbonate ou du vinaigre blanc tous les mois
– J’utilise des cosmétiques solides sans emballages : mon shampoing (il mousse et il sent bon !) et mon dentifrice viennent de chez Pachamamaï, mes savons sont artisanaux ou de chez Clémence et Vivien, tout comme mon déo. Et il y a de tout en solide maintenant : beurre de karité, pain de rasage, démaquillant, nettoyant visage, déodorant… chez Lamazuna par exemple
– Je fabrique mon shampoing sec moi-même (pour espacer les shampoings) : maïzena + cacao en poudre pour la couleur marron si vous avez les cheveux foncés, mais vous pouvez simplement utiliser de la maïzena ou même de la farine si vous n’aimez pas l’odeur de cacao !

4/ Je contrôle ma consommation d’énergie et d’eau

– Je rempli un seau avec l’eau froide de la douche en attendant qu’elle devienne chaude, et je l’utilise pour la chasse d’eau ou pour arroser les plantes
– Je prends une douche un jour sur deux (oui oui, et je ne sens pas !) et je fais une toilette de chat entre, sauf si j’ai vraiment beaucoup transpiré ! Une hygiène excessive peut altérer le film hydrolipidique de la peau. Ma peau est beaucoup moins sèche (plus besoin d’hydratation quotidienne) et plus douce 🙂
– Je me lave uniquement les zones “odorantes” (aisselles, parties intimes et pieds) avec le savon, pour le reste du corps, je me rince à l’eau, pour ne pas dégrader la barrière cutanée de ma peau.
– Je lave mon linge à 30° pendant une heure maximum, et je fais sécher à l’air libre, pas de sécheuse

NEXT STEP :
Raccourcir mes douches, mais c’est difficile car c’est un vrai moment de détente et de méditation pour moi.  

TOILETTES

– J’achète du papier toilette en fibres recyclées
– Je ne tire plus la chasse pour un petit pipi (surtout si je suis à la maison et que je vais retourner aux toilettes dans une heure). Une chasse d’eau c’est 10L d’eau à chaque fois !
– J’ai mis deux bouteilles en plastique remplies dans le réservoir de la chasse d’eau. C’est 3L d’eau en moins pour chaque chasse d’eau.