Je partage avec vous les actions responsables que j’essaye de mettre en place au maximum quand je fais mes courses (ce n’est évidemment pas du 100%, mais je fais de mon mieux !). Cela peut sûrement vous donner des idées !

NB : j’ai commencé à mettre en place cette routine il y a 10 ans. Cela prend du temps et nous allons chacun à notre rythme. Soyons indulgent avec nous-même et nos capacités à changer nos habitudes, allons-y pas à pas, c’est le secret d’une routine qui dure. Et sachez que ce qui nous paraît très compliqué devient finalement simple avec le temps !

1/ J’achète local et de saison

Il y a des dizaines de calendriers de fruits et légumes de saison en ligne, je regarde généralement celui de Biocoop Calendrier des fruits et légumes de saison car il mentionne les produits qu’il vaut mieux acheter en commerce équitable si on en consomme (car ça ne pousse pas en Europe, comme les bananes par exemple).
Les fruits et légumes que l’on peut déguster toute l’année.

Pour les produits qui ne peuvent pas être locaux ni de saison (le chocolat, le café, le thé…), je privilégie les produits issus du commerce équitable, car cela garantie une rémunération juste des producteurs et la préservation de l’environnement lors de la production. Je m’appuie notamment sur la certification Fair Trade Max Havelaar.
Pour diminuer ma consommation de thé, j’essaye de consommer plus d’infusions de plantes qui poussent en France et en Europe. Vous avez ici une liste de plantes qu’il est possible de faire pousser dans son jardin.

2/ Je diminue ma consommation de produits animaux

Je mange de moins en moins de viande (surtout les ruminants : vache et mouton), de poissons et de produits laitiers et je vérifie au maximum la provenance et le processus d’élevage (élevage plein air, alimentation des animaux…), lorsque je peux. Mais comme il est très difficile de trouver des informations, je préfère souvent m’abstenir et ne pas en acheter. J’ai découvert il y a peu que même une viande produite en France peut avoir été nourrie avec du soja et des céréales importées du Brésil. La culture du soja là-bas est responsable d’une partie de la déforestation. Et j’ai aussi appris que 95% des élevages de porcs français sont des élevages intensifs en intérieur. J’essaye d’aligner le plus possible mes valeurs et mes envies et maintenant je suis consciente de mon impact quand je mange des produits animaux (même si j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, notamment sur le fromage).

3/ Je diminue le gaspillage alimentaire

30% de la nourriture qui est produite dans le monde n’est pas consommée. Cela intervient à tous les maillons de la chaîne : au moment de la récolte (les produits moches que les producteurs ne peuvent pas vendre), les invendus des magasins et des restaurants, et enfin chez les particuliers. Cela pose 2 problèmes : la nourriture directement jetée alors que des personnes sont dans le besoin et toutes les ressources utilisées pour rien à chaque étape (l’eau de l’arrosage, les pesticides répandus, l’essence des tracteurs pour récolter, l’énergie des machines qui transforment les aliments, l’énergie pour produire les emballages plastiques puis pour les recycler…). J’essaye de réduire le gaspillage en tant que consommatrice (33% du gaspillage en France) en vérifiant les dates de péremption avant d’acheter, et en achetant dans les rayons “Bientôt périmés” ce que je vais consommer dans les 48h.
Applications utiles : Too Good To Go et Karma pour récupérer les invendus alimentaires près de chez soi

4/ Je diminue mes emballages

Je privilégie les emballages en papier, carton et verre plutôt que plastique, et les produits avec le moins d’emballages possible : bonbons et biscuits sans emballages individuels, grosse quantité, thé et café en vrac plutôt qu’en sachet individuel…